Bulletin n°4 J.L.P.

dimanche 6 mai 2012
par  LP25.
popularité : 18%

SOMMAIRE

On marche sur la tête !? Page 2
Attention au retour du délit de Blasphème. Page 4
Pour la défense du baccalauréat. Page 10
Une lettre à Rousseau ainsi qu’à ceux qui nient l’égalité des sexes. Page 11
2012, sale début d’année pour le droit des femmes.
Université Populaire de l’IRELP - Programme 2012 Page 15

L’Edito

Quelle avenir ? Voilà une question que nous nous sommes tous posés un jour ou l’autre. Une question qui angoisse toute la jeunesse, et surtout, une question qui attend des réponses positives. Ces réponses, nos dirigeants se refusent à nous les donner.

Au lieu, de tout mettre en œuvre pour que la jeunesse ait accès à une éducation gratuite, publique, laïque et de qualité, ils baissent sans cesse le nombre de profs, ils ferment des filières et des options, ils suppriment des cours, imposent des stages non rémunérés, désorganisent les enseignements, imposent le contrôle continu et vident les diplômes de leurs contenus. Dans le même temps, l’enseignement privé reçoit plus de 7 milliards d’euros et se voit avantagé notamment par les mesures anti-laïques prises par les gouvernements successifs depuis des décennies, à commencer par la loi Debré de 1959. Alors que le chômage frappe la jeunesse, au Maghreb, en Grèce, en France et partout dans le monde, alors que les jeunes ne peuvent accéder à une vie décente, alors qu’on leur refuse le droit à un vrai travail et à un vrai salaire, les marchés financiers, grâce aux institutions internationales comme le FMI, ou l’Union européenne continuent d’opprimer les peuples par leurs mesures d’austérité.

Alors que nous aspirons tous à vivre en paix les uns avec les autres, les dirigeants de ce monde cherchent à nous diviser, nous poussent les uns contre les autres, exploitent des actes isolés pour stigmatiser une partie de la population, cherchent des boucs émissaires pour expliquer leur dette, et pointe du doigt des pays qu’il faudrait attaquer. Nous ne satisferons pas nos revendications si nous comptons sur le système actuel. Notre avenir dépend de notre capacité à agir. La jeunesse, au coté de la classe ouvrière doit s’organiser, analyser et combattre.

Depuis plus de 160 ans, la Libre Pensée est du coté des démocrates, des ouvriers, de tout ceux qui cherche l’émancipation de l’humanité.
Son expérience, ses publications, ses principes et ses militants constituent une aide précieuse dans les luttes présentes et à venir. Sans être ni un parti, ni un syndicat, la Libre Pensée et l’Association Internationale de la Libre Pensée est un point d’appuis pour les jeunes qui veulent comprendre et agir !

Hansi Brémond


Documents joints

Bulletin n°4 J.L.P.
Bulletin n°4 J.L.P.
Bulletin n°4 J.L.P.

Brèves

Principes fondamentaux

samedi 18 juin 2011

La Libre Pensée repose sur quatre principes fondamentaux que des générations de libres penseurs ont mis en œuvre.

- Elle est pour la laïcité institutionnelle, car elle refuse toute ingérence des religions dans la société civile et dans les institutions républicaines.
Elle agit pour le strict respect de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 qui est le produit de l’action des libres penseurs. En ce sens elle est anti cléricale.

- Elle est pour une totale liberté de penser, car elle considère les religions comme l’une des principales sources d’oppression et d’obscurantisme de l’Humanité.
Elle estime que l’Homme doit conquérir son bonheur de son vivant et non dans un pseudo paradis post mortem.
Elle réfute toute vérité révélée, récuse tous les dogmes.
En ce sens elle est anti religieuse.

- Elle est pacifiste, car elle refuse que les peuples se massacrent pour les intérêts qui ne sont pas les leurs. Se prononçant pour le désarmement unilatéral, elle est internationaliste, car elle place au-dessus de tous les intérêts des peuples. Antimilitariste, la Libre Pensée est membre des Forces libres de la paix.
JPEG - 36.3 ko

- Elle est sociale, car elle refuse toute exploitation économique qui, comme l’oppression politique et religieuse, ne vise qu’à assujettir l’individu au détriment de ses droits légitimes. Elle s’oppose au libéralisme économique et à son injustice sociale programmée. Elle milite pour l’émancipation totale de l’individu.

Congrès de Rome 1904 : « La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c’est-à-dire qu’elle rejette au nom de la dignité de la personne humaine ce triple joug : le pouvoir abusif d’une autorité religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique ».


Douter, chercher, comprendre.