Quelle instruction, avec quelle pédagogie pour quelle émancipation ?

Question à l’étude 2011 - Congrès national de Foix (09)
dimanche 17 juin 2012
par  LP25.
popularité : 100%

L’interrogation de la Libre Pensée soumise à la sagacité studieuse de ses membres n’est pas de celles qui veuillent (sinon puissent) laisser dans l’ombre un quelconque aspect du difficile problème qui est posé. Il ne s’agit pas d’une interrogation réservée à des “spécialistes”, même si parmi les contributeurs de cette “question à l’étude”, beaucoup, et c’est bien normal, sont ce qu’il est convenu d’appeler des “pédagos”. Cette question : “Quelle instruction, avec quelle pédagogie, pour quelle émancipation ?“ est au cœur des préoccupations de tout citoyen, car l’enjeu n’est pas réduit à la sphère scolaire (ce n’est pas dévaloriser ladite sphère que de dire cela, bien au contraire) : chacun sent bien que ce qui est en cause est un défi de société, un enjeu de civilisation. Les choses en sont arrivées à un point où parler d’aggravation ne suffit plus pour caractériser la situation de l’école publique. Nous sommes dans un moment de séisme scolaire, moment où l’instruction est menacée dans son contenu et dans les conditions de sa transmission aux nouvelles générations. Il ne s’agit pas de forcer le trait pour la plaisir de l’hyperbole, par “catastrophisme” militant.

Aucunement.

C’est une question humaine trop sérieuse pour la faire se prêter à de petits calculs, à des effets de plume faciles, par coquetterie de style ou jeu de cette sorte. La politique de l’actuel ministre de l’éducation nationale, qui entend porter jusqu’à leurs ultimes conséquences les politiques mises en œuvre par TOUS ses prédécesseurs, de gauche comme de droite, est une illustration vécue en direct de cet épouvantable saccage dont les pouvoirs successifs se sont rendus coupables.

M. Chatel veut être celui qui porte le coup de grâce.

Répétons-le : nous n’exagérons rien. Au moment où ces lignes sont écrites (11 avril 2011), les colonnes des journaux ne désemplissent pas d’annonces de fermetures de classes et d’écoles, de collèges, de lycées, de LP, de regroupements pédagogiques arbitraires, de mâles déclarations d’inspecteurs aux ordres, signifiant qu’ “ils ne reculeront pas”, que ces économies sont nécessaires et d’autant plus nécessaires que, miracle de la bénévolence de “la main invisible du marché” chère aux capitalistes de l’Union européenne, ces fermetures correspondent à des avancées pédagogiques... Oui, ami lecteur, tu as bien lu. C’est pour le bien de l’école publique que ce saccage sans précédent est mis en œuvre.
Tel village qui se bat pour le maintien de son école à classe unique est “engagé dans un combat sans espoir qui dessert la cause de l’école”. Voilà ce que des administrateurs sans conscience osent dire et écrire. Et qui se frotte les mains de cette liquidation tout azimut ? Lecteur, mon frère, je te connais, tu l’as deviné. Les écoles confessionnelles sont là, en attente de l’ultime bouzille des écoles publiques, regroupées en EPEP, comprimées, surchargées, avec des maîtres non formés, débordés et éperdus, pour ramasser la mise.

Vision de libre penseur d’un anticléricalisme forcené, “d’un autre âge”, comme ils aiment à le dire en face ?

Les contributions que nous avons en notre possession sont autant de pièces à charge dans ce procès des pouvoirs publics (expression qui relève de plus en plus de l’oxymore) qui bradent l’école dont ils ont la responsabilité. Du bas en haut de l’édifice scolaire, la privatisation la plus forcenée est à l’œuvre, privatisation à la fois capitalistique et cléricale. Ce couple est aujourd’hui dans une entente parfaite sous la houlette de l’Union européenne qui procède tout autant du Capital que du Vatican. C’est la nouvelle sainte alliance. Et l’Université n’échappe pas à la catastrophe, elle est même aux avant-postes.

Camarades libres penseurs, amis de l’école laïque, continuez à travailler. C’est notre manière à nous de participer à cette révolte qui gronde contre les saccageurs.

Lisez déjà ce qui suit et à vos plumes.

A ce jour, nous avons les contributions suivantes, dans l’ordre de réception :

Contribution de la fédération de la Vendée



« Paul Robin », pédagogue, franc-maçon, libre penseur, militant révolutionnaire libertaire et néo- malthusien (1837 – 1912) Origine et formation Le professeur Militant révolutionnaire libertaire Franc-maçon et libre penseur L’expérience de l’orphelinat de Cempuis (1880 – 1894) : de l’éducation intégrale à l’humanisme intégral La ligue de la régénération humaine Dernières années de solitude

Contribution de la fédération de la Savoie



Les méthodes pédagogiques et leurs mises en place dans l’école publique aujourd’hui
I - Définitions
II - Histoire de la pédagogie
III - Classification des méthodes
IV - La mise en place de certaines méthodes pédagogiques dans l’école publique aujourd’hui
V Conclusion

L’enseignement de la lecture à l’école
Introduction
I - Préalables
II - Les différentes méthodes d’enseignement de la lecture
III - Les apports de la linguistique
IV - La phonologie
V - Le fonctionnement du cerveau
VI - Eléments complémentaires
VII - Le retour des méthodes syllabiques
Conclusion

Présentation de la pédagogie Montessori par la directrice de l’école Montessori de Méry (73)

Contributions de la fédération de l’Essonne



Contribution de Serge Sebban :
La notion de « brutalisation » dans l’enseignement de l’histoire

Contribution de Mireille Usseglio :
1. « quelle instruction, avec quelle pédagogie pour quelle émancipation ? » une question d’actualité
A) Enseigner les savoirs fondamentaux demande du temps !
B) Enseigner demande une formation professionnelle
2. « quelle instruction, avec quelle pédagogie pour quelle émancipation ? » une question bien posée

Contribution de Maurice Gelbard :
Elémentaire , mon cher Watson ! ou Ah ! Si j’avais su tout ça en début de carrière
Connaitre - Humilier - « Je suis nul »

Contributions de la fédération de la Loire



Contribution de Pierre Roy :

L’école a-t-elle et doit-elle prétendre avoir une capacité de transformation sociale radicale ?
Notes prises lors d’un entretien avec Ghislaine Jarrige, directrice d’école : L’école publique aujourd’hui

Contribution de Pierre Schwartz :
Le classement PISA ou le consensus international
Contribution de Minacori Calogero
Réflexions sur la question à l’étude
Quelques constats sur le système scolaire
La pédagogie et les pratiques pédagogiques
Quelques questions demeurent

Contributions individuelles d’Alex Jacob :



« Quelle instruction, avec quelle pédagogie pour quelle émancipation ? »
Quelle instruction ?
I. Les programmes scolaires ou comment passer de précis annuels de savoirs à des références modulables de compétences ?
II. Les évaluations du système éducatifs : PISA et PIRLS
Quelle pédagogie ?
I. L’obscurantisme pédagogique contemporain dominant : le socioconstructivisme
II. La liberté pédagogique, élément indissociable de la laïcité de l’école
Conclusion

Contribution sur la scolarisation des enfants autistes


Introduction
I. L’autisme
II. Passer de la reconnaissance symbolique d’un droit à son accès réel Conclusion

Contributions radiophoniques :


- Octobre 2010 : Pédagogie, Instruction, Emancipation – présentation de la question à l’étude
- Janvier 2011 : La LP reçoit la FNECFP-FO
- Février 2011 : La LP reçoit la FSU
- Mars 2011 : La LP reçoit le SE-UNSA (Ce syndicat n’étant pas venu, nous avons demandé une contribution écrite. Aucune nouvelle à ce jour).
- Avril 2011 : la LP reçoit le FERC-CGT
- Mai 2011 : La LP reçoit la revue Emancipation
- Juin 2011 : La LP reçoit la revue Ecole Emancipée