Lettre de Marc BLONDEL, président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée à Monsieur François HOLLANDE, Président de la République.

mercredi 29 janvier 2014
par  LP25.
popularité : 36%

Monsieur le Président de la République,

Les différents médias et les services de l’Elysée, ont fait savoir que vous aviez l’intention de vous rendre à Rome, auprès de la communauté vaticane, pour saluer le Pape François.

Cette initiative, que l’on peut considérer comme un accommodement à la laïcité de notre République, laisse entendre que, sur le plan personnel, vous vous affirmez adepte de la religion catholique, ce qui est le droit de tout citoyen, mais est dommageable lorsque la démarche est effectuée par un élu républicain, même dans le cadre des relations dites internationales.

Les citoyens français qui, dans leur majorité, ne pratiquent aucune religion, ne peuvent cacher leur interrogation.

Celle-ci se structure sur une de vos déclarations qualifiant le Vatican comme un Etat et renvoyant, ainsi, l’entretien à une justification diplomatique.

Or, il s’avère, Monsieur le Président, que le Vatican n’est pas un Etat, il suffit de préciser les conditions (statut d’observateur) qui qualifient le Saint-Siège dans les organismes internationaux (ONU, OIT…), pour s’en convaincre et de rappeler que les accords de Latran en 1929 avec l’Italie stipulait que le Pape ne pouvait pas jouer de rôle politique sur la scène internationale. A la vérité le Saint-Siège ne réclame d’ailleurs pas cette situation qui le conduirait à soumettre son fonctionnement à la loi des hommes –voir la déclaration des droits de l’homme par exemple- et il serait contraint à ce titre de verser une contribution correspondant à sa situation économique, comme les Etats recensés à l’ONU.

C’est ainsi que lorsque les Papes sont venus à Paris, les services de l’Archevêché ont intitulé cette initiative « de visite pastorale ».

Au demeurant peut-on qualifier d’Etat un territoire sur lequel 32 citoyennes et 540 citoyens perdent leur qualité lorsqu’ils abandonnent leurs fonctions professionnelles, c’est la citoyenneté en CDI.

Monsieur le Président, en 2008, à l’occasion de la visite de Benoît XVI dans notre pays, vous aviez affirmé : « Attention de ne pas donner le sentiment d’un culte privilégié ».

A l’occasion de votre visite et du contexte que vous voulez vouloir lui donner, nous nous autorisons, au nom de la laïcité républicaine, à vous rappeler vos propos.

Soyez assuré de notre engagement républicain et laïque

Marc BLONDEL Président


Brèves

Principes fondamentaux

samedi 18 juin 2011

La Libre Pensée repose sur quatre principes fondamentaux que des générations de libres penseurs ont mis en œuvre.

- Elle est pour la laïcité institutionnelle, car elle refuse toute ingérence des religions dans la société civile et dans les institutions républicaines.
Elle agit pour le strict respect de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 qui est le produit de l’action des libres penseurs. En ce sens elle est anti cléricale.

- Elle est pour une totale liberté de penser, car elle considère les religions comme l’une des principales sources d’oppression et d’obscurantisme de l’Humanité.
Elle estime que l’Homme doit conquérir son bonheur de son vivant et non dans un pseudo paradis post mortem.
Elle réfute toute vérité révélée, récuse tous les dogmes.
En ce sens elle est anti religieuse.

- Elle est pacifiste, car elle refuse que les peuples se massacrent pour les intérêts qui ne sont pas les leurs. Se prononçant pour le désarmement unilatéral, elle est internationaliste, car elle place au-dessus de tous les intérêts des peuples. Antimilitariste, la Libre Pensée est membre des Forces libres de la paix.
JPEG - 36.3 ko

- Elle est sociale, car elle refuse toute exploitation économique qui, comme l’oppression politique et religieuse, ne vise qu’à assujettir l’individu au détriment de ses droits légitimes. Elle s’oppose au libéralisme économique et à son injustice sociale programmée. Elle milite pour l’émancipation totale de l’individu.

Congrès de Rome 1904 : « La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c’est-à-dire qu’elle rejette au nom de la dignité de la personne humaine ce triple joug : le pouvoir abusif d’une autorité religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique ».


Douter, chercher, comprendre.