JEAN MESLIER l’abbé

vendredi 4 janvier 2008
par  LP25.
popularité : 51%

JPEG - 2.3 ko
Jean Meslier

« Toutes les religions du monde ont autorisé des forfaits innombrables. Les juifs, enivrés des promesses de dieu, se sont arrogés le droit d’exterminer des nations entières. Fondés sur les oracles de leurs dieux, les Romains, en vrais brigands, ont conqui et ravagé le monde. Les arabes, encouragés par le divin prophète, ont porté le fer et la flamme chez les chrétiens et les idolâtres. Les chrétiens, sous prétextes d’étendre leur sainte religion, ont cent fois couvert de sang l’un et l’autre hémisphère ».

« L’homme, aveuglé par des préjugés religieux, est dans l’impossibilité de connaître sa propres nature, de cultiver sa raison, de faire des expériences ; il craint la vérité dès qu’elle ne s’accorde pas avec ses opinions. Tout concourt à rendre les plus dévots ; mais tous s’oppose à ce qu’ils soient humains, raisonnable, vertueux. La religion ne semble avoir pour objet que de rétrécir le cœur et l’esprit des hommes ».

« Je crois pouvoir dire que quand il n’y aurait, par exemple, que les fables d’Esope, elles sont certainement beaucoup plus ingénieuses et plus instructives, que ne le sont toutes ces grotesques et basses paraboles, qui sont rapportées dans les évangiles ».

« Je voudrais, et ce serait le dernier et le plus ardent de mes souhaits, je voudrais que le dernier des rois fût étranglé avec les boyaux du dernier prêtre ».

« Mourir pour une religion ne prouve pas qu’une religion soit véritable ou divine ; cela prouve tout au plus qu’on la suppose telle. Un enthousiaste, en mourant, ne prouve rien sinon que le fanatisme religieux est souvent plus fort que l’amour de la vie ».

« Le christianisme ne s’est répandu qu’en promettant le despotisme, dont il est, comme toute religion, le plus ferme soutien ».

« Levez-vous, unissez-vous contre vos ennemis, contre ceux qui vous accablent de misère et d’ignorance. Rejetez entièrement toutes les vaines et superstitieuses pratiques des religions. N’ajoutez aucune foi aux faux mystères, moquez-vous de tout ce que les prêtres intéressés vous disent. Car c’est là la cause funeste et véritable de tous vos maux… Votre salut est entre vos mains, votre délivrance ne dépend que de vous, car c’est de vous seuls que les tyrans obtiennent leur force et leur puissance ».