Bulletin n°3

mercredi 2 janvier 2008
par  LP25.
popularité : 97%

Editorial

Certes, et c’est une évidence, nous approchons de ce qu’il est convenu d’appeler le 21ème siècle après l’imposture ! Bien que nous ayons coutume de nous référer au calendrier républicain, d’autres au pouvoir prétendent qu’il sera, selon les personnes, religieux ou spiritualiste ! Eh bien non, chers Camarades, il ne sera ni l’un ni l’autre ! Il sera humaniste et laïque ! C’est la seule solution pour le citoyen, pour la démocratie ! La secrétaire

Les Nouveaux Pédagogues à l’assaut de l’Ecole Républicaine

Si l’école de la République et son institution l’éducation nationale se réfèrent toujours à la raison comme moteur de la connaissance et principe de « libération de l’être humain », libérant l’homme des superstitions ( Condorcet dans « esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain »), nous assistons à de nombreuses dérives anti-rationalistes propulsées par d’obscurs « pédagogues » en quête de spiritualité. Un chapitre du cours de sciences de l’éducation d’enseignement à distance (CNED) se propose, à travers une pédagogie « novatrice », de faire table rase de toute référence à la raison. « La formation à la citoyenneté ne passe sûrement pas avant tout par un enseignement rationnel (P72) nous assènent ces pédagogues. Les certitudes de la conception rationaliste de l’être humain ont été mises en question (Piaget ?)... Il n’est plus acquis que les opérations rationnelles conduisent à la vérité, ni qu’elles soient les seules à être valides... On est de moins en moins certain que la raison permette la maîtrise des pulsions et désirs de l’individu... c’est la redécouverte de l’orient et du rôle de la méditation et des yogis ou voies spirituelles pour accéder à ce but. » Les auteurs de poursuivre leur pamphlet mystique : « A l’échelle collective, la cité rationnelle a conduit autant au totalitarisme qu’à la libération de l’humanité (c’est la fin de l’optimisme assimilant le développement de la raison à la notion de progrès de l’histoire : C’est la prise de conscience que la raison peut être mise au service de l’horreur et la barbarie comme dans la solution finale proposée par le nazisme » (P72) Apothéose du cynisme, amalgames impressionnants de la part de ces chercheurs en « sciences de l’éducation » ! Mais pourquoi cet acharnement caricatural autant que fallacieux contre la pensée rationnelle issue des Lumières ? Plus loin, les auteurs s’en expliquent : Le citoyen a donc besoin pour sa formation de « quête de spiritualité ; l’éducation des désirs et l’attention à l’affectivité sont peut-être plus importantes encore que celle de la raison : Ne doivent-t-elles pas être prise en compte par l’école et les conseillers d’éducation ? » (P72) On croit nager en plein délire mystico-religieux ? Tel est bien cependant le projet de ces néo-pédagogues au sein de l’école laïque, appuyés en cela par le rôle de recruteur de conseiller d’éducation que leur confère l’institution. N’y a-t-il pas de quoi être inquiet ? Car ces mots ont un sens. Cette même haine de l’école républicaine pousse le proviseur du Lycée de Poligny (39) à publier la morale propagandiste d’un groupe de restauration industrielle faisant l’apologie de la règle de st Benoît (ascétisme religieux et servilité) comme modèle d’éducation des élèves hôteliers. On ne s’étonnera donc pas que ce proviseur organise et annonce sur l’espace d’information du lycée donc laïque, une conférence avec un ecclésiastique local sur le thème : « être chef d’établissement, être évêque, des métiers exigeants ». Alors il ne manque plus que la grand messe éducative et les hosties à bouffer par les ouailles/élèves ! Cette orientation pédagogique trouve déjà subrepticement un terrain pratique dans les établissements scolaires où les dérives anti-laïques foisonnent. Que dire de cet "aumônier" jouant au baby-foot dans le foyer éducatif d’un lycée professionnel de Lons ? N’y-a-t—il pas transgression de la loi de 1905 lorsque le curé du village participe à la soirée de Noël du LP de Port-Lesney ? Le placardage dans chaque couloir d’une pub de la marque d’outillage Stanley mettant en scène des élèves du lycée du bois de Mouchard au slogan de "Vive la rentrée" ne constitue-t-il pas le signe de la pénétration de la pensée unique (rationalité économique) dans l’école ? On le constate un peu partout, ces pratiques que corroborent les thèses spiritualistes de nos pédagogues éclairés menacent le libre-arbitre et la liberté de nos enfants fondés sur la raison comme quête scientifique de la vérité. Pour un libre penseur, ce fondement est essentiel à l’éducation ; Sans lui, petits chefs obscurantistes et bénédictins confessionnels de tout poil érigent la connaissance et le savoir en dogme à des fins par ailleurs bien matérielles si l’on en juge à la capacité de ces « administrateurs » d’envoyer massivement les jeunes en stage (forme édulcorée du travail affranchi sans statut et sous-rémunéré, euphémisme de l’exploitation ). Derrière les discours les plus fantaisistes et réactionnaires, tendant nous l’avons vu à confondre raison et démence, d’amalgamer la raison des lumières à la raison d’Etat totalitaire, de réduire la rationalité cartésienne à la rationalité dogmatique et économique, se trouvent des individus cherchant à détruire l’école de la république dans l’intérêt bien compris des lobbies économiques et religieux ; Pour les premiers, avides de « pomper » le réservoir de la jeunesse scolarisée et décidés à orienter la culture scolaire vers une « culture d’entreprise » à même de servir leurs intérêts ; Pour les derniers à redisposer du monopole de l’instruction pour la gloire de dieu et du pouvoir symbolique du savoir à reconquérir face aux lumières de Voltaire, Montesquieu et autres Condorcet. Ces philosophes n’avaient-ils pas compris que la méthode et la réflexion rationnelle, opposées aux dogmes obscurantistes, libéreraient l’homme de la fange métaphysique et spiritualiste ? Accepterons-nous un retour à ces obscurs desseins dans l’éducation nationale ? Lionel

Les emplois-jeunes ou comment étrangler les salariés ?

1) Constats :- il serait dommageable que la Libre Pensée fasse l’économie du débat sur les emplois-jeunes. D’ailleurs faut-il un débat sur ce sujet ? Au risque de choquer certains lecteurs, j’estime que le thème des emplois-jeunes avec des contrats précaires n’est pas à débattre. Il faut les refuser. Dans les réunions syndicales, associatives ou autres, lorsqu’on discute des emplois-jeunes, les personnes sont en colère mais marquent tous une certaine gêne : les emplois-jeunes sont là, il faut faire avec. Il faut même se battre pour que ces jeunes puissent avoir encore d’autres contrats dans 5 ans. Arrêtons-nous là quelques instants : Définition : EMPLOIS-JEUNES : emplois : travail rémunéré. Jeunes : qui n’est pas avancé en âge. Par opposition à aîné et à ancien (dictionnaire Hachette, 1988). Ces emplois ne constituent pas « un vrai travail, un vrai salaire, un vrai statut » ; les jeunes sont jeunes de 18 à 26 ans. Après ils sont vieux. Or, il existe à peu près 5 millions de chômeurs en France. S’occuper seulement des jeunes s’assimile à « l’appel de la jeunesse par les régimes totalitaires. » Attention, ce constat ne doit pas entraîner cette logique suivante : nous n’allons pas demander que l’Etat propose les emplois-vieux ; les emplois-vermeils, les emplois-âge mûr....sans contrats, sans statuts, sans garantie.... 2) Système Monde (via Traité de Maastricht)- Lorsqu’un gouvernement propose ce genre d’emplois, ces visées sont multiples : faire croire à la plèbe que le gouvernement travaille pour les électeurs. Or, il travaille pour d’autres intérêts comme le patronat auquel le gouvernement livre une main-d’oeuvre qualifiée peu payée, et en profite pour casser la fonction publique : en cassant la qualité des services, la qualité des statuts, en enlevant les acquis sociaux. Les emplois-jeunes représentent une des dernières casses des acquis sociaux. Les emplois-jeunes représentent un des goulets d’étranglement créé par le grand capital sur l’autel du système monde : la fin des conventions collectives et des statuts français de la fonction publique. Pourquoi ? Après avoir remis les femmes au travail la nuit, multiplié les différents contrats de précarité, enlevé le SMIC, mis en place le RDS, la CSG, cassé la sécurité sociale....il ne reste plus qu’à enlever les statuts...et c’est fait. Nous sommes revenus au point zéro, c’est-à-dire à la situation de la fin XIX ème siècle où les travailleurs se battaient pour la mise en place de statuts. A la différence qu’aujourd’hui ce sont certains partis (censés se battre pour cette plèbe) qui cassent les acquis sociaux alors qu’à la fin du XIX ème siècle, ces partis se battaient pour l’existence même de ces statuts et pour l’amélioration des conditions de vie.... Il ne reste plus qu’une petite touche à ce tableau : régionaliser tous les services dits publics. Ces éléments d’analyse rentrent dans le cadre du capitalisme (profit) : tout cela au nom de la « souplesse » du travail et des salariés, au nom des « critères de convergence de Maastricht », au nom des travailleurs de l’Europe et enfin (sic) au nom de la justice. Hélas, combien de collègues m’ont dit : il y a une ségrégation dans ces emplois-jeunes : les jeunes doivent avoir le bac ou le bac+2 et les autres ? Alors au nom de la « justice », au nom de « l’équité », nous allons casser tous les droits des salariés. 3) Statuts, augmentation de salaire : des revendications actuelles : Prenons le problème à l’envers : si nous demandions le retrait de ces « emplois- jeunes ? Ou si vous voulez bien : demandons l’embauche statutaire immédiate de ces milliers de jeunes et moins jeunes et encore moins jeunes ? Certains disent : un magasinier qui entre dans la fonction publique, gagne le SMIC comme les emplois-jeunes, alors que les jeunes ne se plaignent pas. Et si nous demandions des augmentations de salaire pour les magasiniers de la fonction publique et le recrutement multiple des magasiniers, des agents de service, des cuisiniers, des administratifs, des médecins scolaires, des assistances sociales, des psychologues, des infirmières, des surveillants, des enseignants, des concierges...... Ce ne pourrait pas être aussi des solutions ? 4) Casse du code du Travail : Statut Privé dans la Fonction Publique : Ces emplois-jeunes se mettent en place par notre grande démocrate et bienfaitrice chrétienne socialisante et femme de surcroît (cf. parité hommes-femmes) : Martine Aubry. Or, depuis quelques semaines, un certain Monsieur tente de lui voler son bébé, c’est le ministre de l’éducation nationale, Claude Allègre. Beaucoup de gens pense que les emplois-jeunes se mettent en place seulement dans l’Education Nationale, ce qui n’est pas le cas, de plus je vous rappelle que l’objectif de plusieurs gouvernements est de « casser ce gros mammouth qui a bien de la mauvaise graisse ». : or, combien de syndicats demandent ce type d’emplois. Le seul reproche à ces emplois c’est le manque de formation (oh, le mot magique, formation) des jeunes. Qui va embaucher ces emplois dans l’éducation nationale ? Ce sont les directeurs d’école et les principaux de collège qui signeront l’embauche de ces emplois-jeunes : or, un salarié de la fonction publique ne peut être habilité à embaucher. Cet acte casse encore plus le statut de la fonction publique. Certaines décisions d’embauche seront prises dans les conseils d’école et les conseils d’administration : or, un conseil d’école et un conseil d’administration ne peuvent pas embaucher. Le gouvernement maintenant l’autorise au mépris de la plus élémentaire démocratie. Conclusion : Relisons des passages du programme politique des fascistes en 1919 et 1921 :
- nous voulons (1919)(fascistes) : -. formation de Conseils nationaux techniques du travail, de l’industrie, des transports, de l’hygiène sociale, des communications..., élus par les collectivités professionnelles ou de métier. Avec des pouvoirs législatifs.
- la participation des représentants des travailleurs au fonctionnement technique de l’industrie. (conseil d’école et d’administration)
- l’octroi aux organisations prolétariennes elles-mêmes (pourvu qu’elles soient dignes moralement et techniquement) de la gestion d’industries ou de services publics. (...)
- un fort impôt extraordinaire à caractère progressif sur le capital... Principes de politique sociale (e 1921) : le fascisme reconnaît la fonction sociale de la propriété privée qui est à la fois un droit et un devoir... Le Parti national fasciste agit pour discipliner les luttes d’intérêt désorganisatrices entre les catégories et les classes, pour sanctionner et faire respecter en tous lieux et temps l’interdiction de grève dans les services publics. Alors, nous devons demander l’embauche statutaire de ce nouveau type de personnel et tout de suite. Nous devons montrer notre rapport de force. Christine


Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

Que fait ce crucifix dans cette mairie ?

jeudi 7 novembre 2013

Cachez-moi ce crucifix que je ne saurais voir.
JPEG - 857.7 ko
La LP 25 va entamer une démarche pour décrocher le ponpon, ce crucifix à coté du portrait du général.

La phrase du jour, d’la semaine, du mois, de l’année...

dimanche 16 juin 2013

Le Parti socialiste est né de la synthèse entre la tradition laïque et le progressisme chrétien
Lionel Jospin - in La Croix le 02 avril 2002

Autres citations
VOLTAIRE
LOUISE MICHEL
NOAM CHOMSKY
PIERRE JOSEPH PROUDHON
EUCLIDE
Sur Jésus
LOUIS AUGUSTE BLANQUI
EMILE POUGET
CONDORCET
JEAN MESLIER l’abbé
BUENNAVENTURA DURRUTI
KARL MARX
SPINOZA

LES PROCHAINES DATES 2013-2014

vendredi 9 novembre 2012
La Libre Pensée du Doubs vous invite le 05 avril 2014, à la faculté des Lettres à Besançon, au colloque
Femmes, état des lieux

Les intervenantes
Elvire Maurouard Elvire Maurouard
http://www.dailymotion.com/video/xs...

Joumana Haddad Joumana Haddad
http://www.france24.com/fr/20130220...


Christine Bertrand

Joindre la fédération de la Libre Pensée du DOUBS

jeudi 17 mai 2012

Maison des associations
Centre Pierre Mendès France
3, rue Beauregard
25000 Besançon

PDF - 1.1 Mo
Brochure LP