La Fédération nationale de la Libre Pensée et la Fédération Française de Crémation se sont rencontrées, au siège de cette dernière, le 3 octobre 2009.

jeudi 12 novembre 2009
par  LP25.
popularité : 18%

Après un tour d’horizon sur les problèmes liés aux préoccupations communes des 2 associations, elles ont convenu d’établir leurs points de convergence :

1- Attachées profondément à la laïcité qui garantit l’absolue liberté de conscience de chacun, la FFC et la FNLP considèrent que le respect de la liberté individuelle en matière de funérailles et donc de crémation est un impératif absolu qui doit être maintenu et protégé.

2- Le récent "statut des cendres " de décembre 2008 ne constitue pas un progrès, loin de là. Il remet en cause de manière profonde la liberté individuelle, caractérisée par le choix de sa crémation et de la libre disposition des cendres. Et en permettant que « dans l’attente d’une décision relative à la destination des cendres, l’urne peut être conservée dans un lieu de culte », la loi remet en cause la gestion républicaine des funérailles et porte atteinte à la laïcité. Elle doit donc être modifiée.

3- La FNLP et la FFC considèrent que le droit au libre choix de ses funérailles par la crémation ne saurait être pleinement respecté que si le nombre et l’implantation des équipements cinéraires, restant sous le contrôle de la sphère publique, permettent le déroulement des obsèques dans des délais et selon des modalités permettant de satisfaire le choix des individus.

4- La FFC et la FNLP souhaitent que leurs structures locales et départementales se rapprochent afin d’agir pour l’obtention de salles municipales permettant de rendre un hommage civil aux disparus et d’assurer l’accueil des familles et amis, notamment à l’issue des obsèques avec crémation.


Navigation

Articles de la rubrique

  • La Fédération nationale de la Libre Pensée et la Fédération Française de Crémation se sont rencontrées, au siège de cette dernière, le 3 octobre 2009.

Brèves

Principes fondamentaux

samedi 18 juin 2011

La Libre Pensée repose sur quatre principes fondamentaux que des générations de libres penseurs ont mis en œuvre.

- Elle est pour la laïcité institutionnelle, car elle refuse toute ingérence des religions dans la société civile et dans les institutions républicaines.
Elle agit pour le strict respect de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 qui est le produit de l’action des libres penseurs. En ce sens elle est anti cléricale.

- Elle est pour une totale liberté de penser, car elle considère les religions comme l’une des principales sources d’oppression et d’obscurantisme de l’Humanité.
Elle estime que l’Homme doit conquérir son bonheur de son vivant et non dans un pseudo paradis post mortem.
Elle réfute toute vérité révélée, récuse tous les dogmes.
En ce sens elle est anti religieuse.

- Elle est pacifiste, car elle refuse que les peuples se massacrent pour les intérêts qui ne sont pas les leurs. Se prononçant pour le désarmement unilatéral, elle est internationaliste, car elle place au-dessus de tous les intérêts des peuples. Antimilitariste, la Libre Pensée est membre des Forces libres de la paix.
JPEG - 36.3 ko

- Elle est sociale, car elle refuse toute exploitation économique qui, comme l’oppression politique et religieuse, ne vise qu’à assujettir l’individu au détriment de ses droits légitimes. Elle s’oppose au libéralisme économique et à son injustice sociale programmée. Elle milite pour l’émancipation totale de l’individu.

Congrès de Rome 1904 : « La Libre Pensée est laïque, démocratique et sociale, c’est-à-dire qu’elle rejette au nom de la dignité de la personne humaine ce triple joug : le pouvoir abusif d’une autorité religieuse, du privilège en matière politique et du capital en matière économique ».


Douter, chercher, comprendre.